Ce qui s’oublie et ce qui reste

9 mars – 11 juillet 2021
Musée National de l’Histoire de l’Immigration

Commissariat : Meriem Berrada & Isabelle Renard

Née de la collaboration entre le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden (MACAAL) de Marrakech et le Musée na­tional de l’histoire de l’immigration à Paris, l’exposition Ce qui s’oublie et ce qui reste explore la notion de transmission à travers les œuvres de dix-huit artistes du conti­nent africain et de ses diasporas.

Emo de Medeiros, Notwithstanding the forces at hand, série Surtentures, 2018.
Textile, 200 x 200 cm.
© Alessio Mei

A l’heure du règne de la communication, de l’information en continu, des réseaux sociaux mais aussi de l’individualisme, qu’en est-il de la transmission ? Qu’en est-il de ce geste destiné à confier à une autre géné­ration une mémoire, collecte de souvenirs personnels, de tranches de vie construites ici et ailleurs ?

Au-delà des traditions et rituels, de la pas­sation intergénérationnelle de savoirs et savoir-faire, quelles sont les modes de diffusion linguistiques, politiques, spirituelles et sociales qui façonnent notre vision du monde et qui nous construisent ?

Des récits intimes à une perspective his­torique large, Ce qui s’oublie et ce qui reste associe héritages et circulations et aborde les questions de frontières et de migrations, de liens entre générations, d’histoire et de mémoire de part et d’autre de la Méditerranée et au sein du conti­nent africain. Peintures, tissages, sculp­tures, vidéos, installations, performances, parmi lesquelles des commandes réali­sées auprès d’artistes représentatifs de la vitalité de l’art africain, s’attachent autant aux échanges qu’aux ruptures, à ce qui est oublié, omis, rendu invisible.

À rebours des représentations colorées d’une supposée production artistique afri­caine, Ce qui s’oublie et ce qui reste, os­cillant entre continuité et points de rupture, souhaite tordre les clichés d’une identi­té visuelle associée au continent. Loin de construire un ensemble uniforme, les récits visuels des artistes se révèlent dans toutes leurs spécificités, facettes et complexité.

Artistes exposés

AMINA AGUEZNAY – ISHOLA AKPO – JOËL ANDRIANOMEARISOA – SAMMY BALOJI – HICHAM BENOHOUD – M’BAREK BOUHCHICHI – FRÉDÉRIC BRULY-BOUABRÉ – EMO DE MEDEIROS – BADR EL HAMMAMI – ABDESSAMAD EL MONTASSIR – YMANE FAKHIR – MESCHAC GABA – HAMEDINE KANE – ANUAR KHALIFI – MALIK NEJMI – BTIHAL REMLI – ZINEB SEDIRA – LERATO SHADI